Fidel Castro et l’Afrique : une autre image
15 décembre 2016
Prioritizing Human Development in African Intellectual Property Law
10 février 2017

Jean-Marie Crouzatier, Les enjeux de la lutte contre les maladies tropicales négligées

Revue Droit et santé 2016 (éd ; numérique), pp 394-400, reprise d’un article de l’éd. papier de 2013

Note lecture de la rédaction de France Ohada Droit

Févr. 2017

Ce très bel article sert de piqûre de rappel en évoquant certains rapports ou déclarations de l’OMS sur les maladies tropicales[1]. Les noms des pathologies citées dans l’article sont malheureusement trop familiers aux lecteurs africains : onchocercose (cécité des rivières), trachome, filariose lymphatique, ulcère de Buruli, trypanosomiase humaine (maladie du sommeil), leishmaniose, vers de Guinée…

L’article rappelle les enjeux économiques et sociaux autour de ces maladies, en Afrique. Il redit la nécessité de l’accès du plus grand nombres aux ressources et structures médicales et pharmaceutiques disponibles sur la Planète ; il brosse néanmoins le tableau des avancées, comme les accords d’exemption TRIPS (ADPIC, en français) qui représentent un réel élément de solidarité internationale.

Mais, au-delà des MTN, l’article est silencieux quant à d’autres questions de santé prioritaires. Des disparités abyssales existent en Afrique même pour ce qui est de l’accès aux soins médicaux et aux ressources sanitaires qui concernent les pathologies déclarées prioritaires.

Le décès de Fidel Castro, qui fut avantageusement soigné de bout en bout à Cuba, a conduit à comparer la situation sanitaire des pays africains avec celle de Cuba. Comment expliquer, au regard de la modestie des moyens de Cuba, que l’ensemble du secteur cubain de la santé soit à un niveau de développement si enviable ?

Et il ne s’agit pas de propagande ; avec le dégel des relations américano-cubaines, les meilleures institutions de santé américaines coopèrent dorénavant sur pied d’égalité avec des centres de recherche cubains. L’organe du gouvernement cubain Granma a ainsi annoncé, le 28 octobre 2016, lien, que l’autorité américaine en matière de santé et d’aliments, la FDA, avait donné son accord pour une convention de coopération entre Cuba et le Roswell Park Cancer Institute de New York pour tester et exploiter aux USA le premier vaccin thérapeutique contre le cancer du sein, invention cubaine. La nouvelle parut également dans la grande presse US. Le plus spectaculaire se trouve sur le site de l’état de New York : Video, Photos and Rush Transcript : Governor Cuomo Announces Groundbreaking Clinical Trial of Cuban-Developped Lung Cancer Treatment at Roswell Park Cancer Institute in Buffalo; le gouverneur souligne le fait que les cubains avaient eu l’embarras du choix : Johns Hopkins, Memorial Sloan Kettering, Seidman, lien.

Un élément d’explication de la disparité entre Cuba et les pays africains réside certainement dans l’absence de véritable priorité nationale aux structures sanitaires locales en Afrique. Cette négligence se manifeste de manière caricaturale par le recours systématique de la classe politique africaine à des hospitalisations et traitements incroyablement dispendieux en occident, pour le moindre problème de santé, même pour des checkups… Cette « misappropriation » scandaleuse des moyens publics nationaux par quelques-uns est de plus en plus vivement critiquée ; il s’agit effectivement de crimes envers les nations[2].

  1.  Premier rapport de l’OMS sur les MTN (2011)Agir pour réduire l’impact des maladies tropicales négligées ; la déclaration du Millénaire de l’OMS dite  Objectifs du Millénaire pour le développement de la santé (sept. 2000) ; WHO, Report of the Global Partners’ Meeting on Neglected Tropical Diseases – A Turning Point, 2007
  2. Voir l’excellent article de Seidick Abba : Présidents africains, pourquoi ne restez-vous pas mourir chez vous ?, Le Monde en ligne, 21 04 2015, lien.

 

Membres permanents du site France Ohada Droit

  • Amadou Diallo, Secrétaire général de la Cour suprême de Mauritanie
  • Maître Patricia SUID VANHEMELRYCK, Avocat à Nice
  • Maître Thioye Mamadou SOW, Notaire en Mauritanie
  • Maître Thierry Serra, Avocat à Paris
  • Faustin EKOLLO, docteur en droit, Secrétaire du site
  • Association alaistithmar fi muritania, investir en Mauritanie, الاستثمار في موريتانيا

Publié in France Ohada droit, notes de lecture, Févr. 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *