La sentence arbitrale internationale (Ohada) se moque des frontières
1 mai 2014
Une bombe atomique fiscale internationale sur le e-commere : Amazon et autres devront payer localement ! Direct Marketing Association v. Brohl – arrêt de la Cour suprême US du 3 mars 2015
13 mars 2015

 

Ephantus Kihonge

The Role of Small and Medium Enterprises (SMEs) in Small Towns in Rural-Urban Continuum : the Case of Sagana and Karatina in Mount Kenya Region, Central Kenya

Th. Géographie, Clermont-Ferrand 2, 2014, 182 pages, libre accès en ligne

http://www.theses.fr/2014CLF20003/document;

Faustin EKOLLO

Note de lecture, mars 2015

Voici une très belle thèse de géographie économique. Les nouvelles libertés dans l’Université française permettent à des chercheurs étrangers de publier leurs travaux en France, dans leur langue maternelle. C’est surtout une thèse qui possède une qualité rare : le lecteur même moyennement averti en apprend beaucoup. La recherche sur le terrain complète harmonieusement les connaissances et la documentation livresques. Le résultat est un travail à la fois original et classique :

  • original en ce qu’il est largement unique dans les résultats, le matériau et les perspectives ; auriez-vous imaginé que même l’immense progrès apporté par les TIC dans leur capacité à lier la paysannerie d’Afrique de l’Est au reste du monde a son revers ? Si,si ! Une bonne partie de l’activité d’intermédiaire se trouve obligée de se reconvertir ; du coup, le phénomène transforme les petites villes qui étaient des centres d’intermédiation entre la campagne et la grande ville ; il faut lire la thèse pour comprendre comment ces petites villes et leurs ex-intermédiaires ont trouvé la parade pour rebondir : une véritable application de la Théorie du développement économique de Joseph Schumpeter, avec ses ruptures, sa continuité et l’élément central de l’avancée économique qu’est l’innovation ;
  • classique car l’auteur réalise la véritable prouesse de respecter, autant que faire se peut, les règles de sa discipline, la géographie, mais aussi celles de la recherche en économie ou en sociologie. Cet effort interdisciplinaire est facilement perceptible à chaque section de la thèse, on pourrait même dire à chaque page. L’auteur fournit aussi un effort appréciable sur le plan linguistique : sa thèse est rédigée en anglais. Mais quand il cite en français, il respecte les usages français.

Cette thèse mérite d’être acclamée dans une rubrique d’actualité juridique parce qu’elle aborde de long en large la nature des rapports entre les acteurs du secteur informel et les autorités publiques ; l’auteur qui déclare avoir travaillé pendant quatre ans présente aussi, en associant culture générale et culture financière, certains dessous du shadow-banking kenyan : M-Pesa, Mbao, Chama accounts. Il est peut-être plus facile pour un géographe de garder le contact avec la réalité. Mais l’auteur fait preuve d’une véritable hargne pour comprendre la persistance d’une certaine pauvreté rurale au Kenya. Les suggestions qu’il fait sur la nécessité de multiplier les canaux de communication avec les zones rurales ont cette qualité souvent inconnue de nombreux chercheurs qu’elles sont plausibles à la réalité.

La qualité de ses suggestions est accentuée par le fait que l’auteur reconnaît les qualités des législations kényanes récentes qu’il loue pour avoir pour objectif de permettre une véritable participation du secteur informel à la législation qui le concerne. Du coup, sa critique et ses suggestions sont plus audibles ! Il faut enfin dire un mot d’un thème largement méconnu chez les juristes de la zone CFA. L’auteur insiste à plusieurs reprises sur la nécessité d’accepter comme priorité les propres préoccupations des populations rurales, spécialement leur volonté d’améliorer leurs possibilités d’agrément, leur droit au bonheur en quelque sorte. Mais derrière cette manière de voir les choses, on doit reconnaître qu’il a sans doute une culture individualiste, au sens de Max Weber. Or les mentalités dirigistes des élites des pays Ohada sont difficiles à concilier avec l’état d’esprit bottom-up.

_______________________________

Membres permanents du site France Ohada Droit

• Amadou Diallo, Secrétaire général de la Cour suprême de Mauritanie
• Maître Patricia SUID VANHEMELRYCK, Avocat à Nice
• Maître Thioye Mamadou SOW, Notaire en Mauritanie
• Maître Thierry Serra, Avocat à Paris
• Faustin EKOLLO, docteur en droit, Secrétaire du site
• Association alaistithmar fi muritania, investir en Mauritanie, الاستثمار في موريتانيا

Publié in France Ohada droit, notes de lecture, Mars 2015

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *