VEILLE DE REVUES JURIDIQUES ET FINANCIERES EN PERIODE DE COVID-19 : réaction créative de l’Afrique
7 août 2021

L’égalité des genres pour davantage de succès de l’entreprise en Afrique

Petit panorama des Journées Internationale de la Femme 2020, 2021 et 2022, appliqué à l’entreprise africaine

La journée internationale de la femme est commémorée, et dans une certaine mesure célébrée, dans le Monde entier. Dans la majorité des cas, l’anniversaire retenue est le 8 mars. Ces trois dernières années, les instances onusiennes ont choisi, dans les déclinaisons en français :

  • 2022, L’égalité aujourd’hui pour un avenir durable ;
  • 2021, Leadership féminin : Pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19 ;
  • 2020, Je suis de la Génération Égalité : Levez-vous pour les droits des femmes.

Dans un site dédié au droit des affaires, il y aurait évidemment mille façons d’évoquer ces thèmes, ou leurs combinaisons. En effet, dans le monde des affaires, de nombreux sujets tournent autour du Women’s Empowerment, l’autonomisation des femmes. Cet article-clin d’œil met l’accent sur la visibilité féminine dans la création, l’encadrement et la direction des entreprises en Afrique.

Mais, plutôt que de parler d’Afrique de long en large, le clin d’œil met en avant, pour l’entreprise africaine au féminin, quelques sources d’inspiration étrangères ou supranationales. On évoquera ainsi les Nations-Unies, un peu la Grande Bretagne, quelques paragraphes sur la France qui est juridiquement proche de notre lectorat. Une mention spéciale concerne la Chine ; elle représente le grand cas planétaire singulier en matière d’autonomisation des femmes. Mais on n’oubliera pas d’évoquer un petit pays africain qui représente des éléments d’exemplarité surprenants dans ce domaine : le Rwanda.

Quelques idées de Women’s Empowerment à partir des Nations-Unis

Plusieurs sites d’organes des Nations-Unies, en accès libre, fournissent des éléments autour du thème 2022 de la Journée Internationale de la Femme. Quelques exemples concrets peuvent être sources d’inspiration, concernant l’Afrique :

https://www.unwomen.org/en/news-stories/in-focus/2022/03/in-focus-international-womens-day

A partir d’articles de provenance géographique variée, on y note quelques explications, plus ou moins transposables au monde de l’entreprise. On apprend ainsi la relation entre le changement climatique et la nécessité d’une égalité femmes-hommes plus effective, en matière d’entreprise. On retient que les femmes sont statistiquement plus pauvres et sont donc davantage exposées aux évolutions négatives du milieu naturel, comme les inondations ou les sècheresses et d’autres calamités.

Vulnérabilité

Plusieurs articles insistent aussi pour signaler leur plus grande vulnérabilité en raison du partage des rôles primitifs que représentent les grossesses ou la prise en charge physique des nourrissons. Quelques travaux spécialisés analysent la défaillance généralisée dans la prise en compte socio-économique des spécificités féminines que sont les périodes menstruelles ou certaines pathologies handicapantes, en termes d’activité et donc d’entreprise, comme l’endométriose. L’identification et un certain niveau de compréhension de cette pathologie sont récents. Sa prise en charge sociale, sous forme d’affection de longue durée, représente un progrès considérable, dans plusieurs nations économiquement avancées. D’ailleurs, depuis quelques années, il existe une journée annuelle de marche contre l’endométriose et des programmes de formation continue ont été mis en œuvre pour les médecins-gynécologues. Le Continent africain devrait rapidement rattraper son retard sur ce terrain, au regard de la documentation médicale de plus en plus disponible.

Dans cette lutte pour l’égalité des genres, dans les organisations et dans les entreprises en particulier, on note depuis plusieurs années de nombreuses incitations en matière de coopération internationale. L’incitation la plus remarquable concerne les conditionnalités de l’aide. En effet, de manière assez systématique désormais, les programmes d’aide en direction des PVD privilégient clairement les structures présentant une forte féminisation de la direction et/ou de l’encadrement.

Le Women’s Empowerment comme premier critère de la coopération internationale britannique

Tous les pays de l’OCDE participent à la coopération internationale pour le développement. Désormais, en matière d’entreprises, de coopératives ou d’associations, le Women’s Empowerment figure systématiquement parmi les critères les plus importants.

Par exemple, la coopération britannique internationale vise expressément des critères d’autonomisation des femmes pour l’éligibilité aux programmes d’aide. Il existe un programme spécialement dédié, WOW : Work and Opportunities for Women. Comme dans d’autres pays de l’OCDE, cette structure s’appuie sur des fonds étatiques, spécialement orientés vers la promotion féminine en général, avec un ministère spécifique. Mais les budgets publics britanniques dans ce domaine sont modestes.

Le financement du Women’s Empowerment est davantage pris en charge par des structures privés. En ce sens, conformément à une certaine tradition locale d’initiative individuelle, il y a de nombreux business angels destinés à l’entreprise féminine. Leur efficacité est parfois impressionnante. On en lira avec profit une petite revue, à l’occasion de la Journée internationale de la femme, sur les Top 5 business grants to combat the gender funding gap : https://startups.co.uk/funding/grants/business-grants-for-women/.

Même sur le plan interne, les autorités étatiques de plusieurs pays développées ont également adopté des mesures spécifiques en faveur des femmes créatrices ou dirigeantes d’entreprises.

En France, des efforts importants et généreusement financés

En France, en faveur des femmes entrepreneuses, il existe plusieurs mesures destinées à créer ou à reprendre une entreprise. Au niveau régional, on retrouve en général des plans d’action régionaux pour l’entrepreneuriat des femmes, plans copilotés par la Caisse des Dépôts

Au plan national, une loi intelligente a été adoptée, avec un très large consensus parlementaire : unanimité à l’Assemblé nationale et très forte majorité au Sénat. Il s’agit de la loi du 24 décembre 2021 visant à Accélérer l’égalité économique et professionnelle. La mesure-phare de ce texte est la mise en place d’une affirmative action à la française, en faveur de l’égalité hommes-femmes dans les entreprises de plus mille salariés. Le législateur français a choisi, pour cela, des quotas évolutifs avec un calendrier contraignant ; le tout est assorti de sanctions financières sérieuses qui garantissent une large effectivité.

Des prêts sans garantie

En France, encore, il existait déjà un Fonds de garantie à l’initiative des femmes. De culture très dirigiste, ce fond a été remplacé de manière heureuse par la Garantie Egalité Femmes de BPI France. Ce mécanisme offre des petits prêts, sans garantie et très peu de formalités, pour les femmes entrepreneures, jusqu’à 50.000 €, avec une moyenne nationale quasi-automatique autour de 10.000 €. Sur le sujet, on lira avec profit un article grand-public sur le site de Bercy : Femmes entrepreneuses, quelles aides pour vous accompagner ?

En Chine, des championnes dans les startups électroniques : elles portent la moitié du ciel et représentent le Yin ou le Yang

En Chine, les choses sont particulièrement intéressantes dans la mesure où ce pays possède la plus importante démographie du Monde. Par ailleurs, on note l’originalité d’une constitution qui prévoit très explicitement, depuis 1954, le Women’s Empowerment. En effet, selon l’article 48 de la Constitution : En République Populaire de Chine, les femmes jouissent des mêmes droits que les hommes dans toutes les sphères de la vie, en matière politique, économique, sociale ou de vie familiale. L’Etat protège les droits et les intérêts des femmes et veille à l’effectivité du principe à travail égal, salaire égal, entre hommes et femmes. Spécialement, l’Etat s’assure de la formation et de la promotion de cadres féminins.

Déclaration de Beijing sur l’autonomisation

Outre l’article 48 de la Constitution, en ce qui concerne spécialement la vie publique, des lois de 1995 ont été prises, en rapport avec l’importante Déclaration de Beijing sur l’autonomisation des femmes. Ces lois ont imposé une parité graduelle dans les organes nationaux et régionaux du pouvoir. Selon le South China Morning Post du 11 mars 2021, il y avait, en 2021, 25% de parlementaires féminins au Congrès National du Peuple. On rappelle que, selon les données de la banque mondiale en 2020, les trois pays qui ont la plus forte proportion féminine de parlementaires sont Les Emirats (50%), Cuba (53%) et le Rwanda (61%).

 

Initiative Mulan

En Chine, dans les milieux d’affaires, les campagnes de Women’s Empowerment se font essentiellement sous une bannière purement pragmatique : Gender Equality Means Good Business. Ainsi, de nombreuses entreprises signent, une déclaration contraignante, s’engageant dans un certain délai à assurer une parité des genres (au moins 40% de femmes dans les positions et organes de décision), conformément à l’Initiative Mulan, lancée par une plateforme de la revue d’affaires China-Entrepreneur, sur la base de la Déclaration de Beijing sur l’autonomisation des femmes.

Ainsi, le site de l’Asia Pacific indique qu’une proportion grandissante de grandes entreprises chinoises appliquent une politique officielle de Women’s Empowerment Principles (WEPs). Ces principes vont désormais au-delà des statistiques de cadres féminins. Au minimum, ces grandes entreprises mettent en place, avec des organismes extérieurs de certification ou de contrôle, un affichage dans toutes leurs communications de la pratique de l’égalité des genres. Cette évolution améliore fortement la visibilité féminine dans toutes les strates dirigeantes de ces entreprises. Cette politique a des répercussions en cascades sur les chaînes de valeur. Ainsi, ces grandes entreprises exigent des engagements contractuels de la part des sous-traitants et des fournisseurs sous forme d’adhésion aux principes de Women’s Empowerment, selon un calendrier graduel, mais vérifiable. Ces pratiques sont communes à la Chine Continental, à Hong Kong, à Taiwan et à Macao.

Leader dans les startup

Le résultat de cette forte tendance est qu’actuellement, la Chine est la grande nation qui possède la plus grande proportion de femmes dans les startups de nouvelles technologies, permettant des innovations dont l’origine reste souvent incomprise en Occident. Ainsi, depuis les années 2010, pour la sécurité des cadres féminins et des entreprises féminines, les technologies de reconnaissance faciale se sont vulgarisées. Cela n’est pas une surprise puisque de jeunes femmes sont majoritaires dans la création et la direction des entreprises technologiques en Chine (source Women lead more than half of tech startups in China : WeWork, July 26, 2018, https://www.wework.com/ideas/community-stories/member-spotlight/women-entrepreneurs-rewriting-the-rules-in-china).

Depuis plus de deux décennies, une société comme Huawei s’adonne à une pratique assidue de promotion des femmes dans l’encadrement et la direction. Cet aspect des choses, une fois de plus, est peu ou mal appréhendé par les observateurs occidentaux. Même lorsqu’ils en sont informés, ils ne parviennent pas à établir une relation de cause à effet avec les succès de cette entreprise. Pour un début de compréhension, il faut considérer le mot d’ordre officiel de Huawei en matière d’égalité des genres : Tech for Her, Tech by Her, Tech with Her.

 

Alibaba, Baidu, Huawei et Tencent

Mais les déclarations d’intention ne suffisent pas. Dans une écrasante majorité, les grandes compagnies du SSE 50 index, indice composite de la bourse de Shanghai, ou du FTSE China A50 (composite des bourses de Shanghai et de Shenzen), ont pris des engagements « binding » en matière d’égalité des genres, depuis les années 2010. La chose a déclenché la curiosité de Human Rights Watch qui a mené une enquête. Contre la majorité des compagnies, cette enquête a révélé qu’il y avait une discrimination anti-femmes importante et multiforme, dans les annonces de recrutement. Après la publication de Human Rights Watch, presque toutes les compagnies concernées ont réagi publiquement, en s’engageant à apporter les corrections nécessaires. La rapidité de la réaction a été saluée par Human Watch : « surprisingly quick » :

The response to the release this week of a major Human Rights Watch report on gender discrimination and sexual objectification in Chinese advertising has been surprisingly quick. Alibaba, Baidu, Huawei, and Tencent appear to have deleted many of the ads HRW identified and publicly pledged that they would commit to gender equality in hiring. [Human Rights Watch 26 avril 2018,  Chinese Tech Companies Delete Gender Discriminatory Job Ad]

 

Mao et le yin-yang 

En réalité, des progrès avaient déjà été réalisés dans le passé. On pense à la célèbre affirmation de Mao : les femmes portent la moitié du ciel et à la politique de l’enfant unique de Deng Xiaoping, sous Mao. Mais, à l’époque, les dirigeants chinois estimaient simplement que les femmes devaient être un peu plus impliquées dans la production marchande, au-delà de la vie ménagère. Il s’agissait donc de progrès timides, y compris sous l’avènement de Deng Xiaoping. En effet, la restauration du confucianisme et du taoïsme tendait à maintenir les traditions patrilinéaires. Néanmoins, les débats intellectuels libérés, sous l’ère Deng Xiaoping, ont rappelé que le dicton de Mao sur la moitié du ciel était simplement une traduction du Yin-Yang que Mao évitait de citer, puisqu’il avait combattu le taoîsme et le confucianisme.

On a assisté à une relecture moderne du Yin-Yang, qui représente le Tao chinois. Cela impliquait donc que pour l’harmonie économique, les chinois tendent vers une équité des genres ! Il existe une gigantesque production intellectuelle en Chine à ce sujet. Elle tient en peu de mots : l’efficacité et l’harmonie Yin-Yang doivent se traduire dans la lutte économique des chinois par une meilleure présence féminine. Il s’agit, plus que d’une question morale, d’une question d’efficacité.

Ce mouvement qui s’est grandement amplifié, après Deng, commence à peine être compris par les observateurs occidentaux. On lira un article amer, dans le cadre du World Economic forum ; selon Peter Vanham, The so-called ‘leftover women’ in China contribute more to GDP than in the US

En d’autres termes, la féminisation de l’encadrement et de la direction des entreprises paie. On consultera sur le sujet un intéressant article publié dans la revue de la bourse d’Istanbul : Irfan Ullah, Muhammad Ansar Majeed, Hong-Xing Fang, Female CEOs and Corporate investment Efficiency: Evidence from China21(2) Borsa Istanbul Review, pp 161-174 [libre accès].

Ce point devrait inspirer les Africains. Rien de plus normal puisque les femmes constituent le plus gros réservoir de progrès et de croissance en l’état des éléments de la sociologie et de l’économie des pays africains. Mais cela est aussi normal dans la mesure où, mieux encore, de manière permanente, dans tout type de société, elles représentent la moitié des besoins différenciés qui doivent être pris en compte par toute entreprise soucieuse de la satisfaction de sa clientèle. Mao avait donc raison !

Le Rwanda !

En Afrique, une entreprise de pure éducation morale en matière d’égalité des genres prendrait de nombreuses décennies. Il serait plus efficace de promouvoir l’idée que le Women’s Empowerment paie. La chose a commencé par une pratique très intelligible sociologiquement pour ce qui est conditionnalité de l’aide internationale.

Le magazine financier Bloomberg, du 8 mars 2021 titrait carrément en ce sens : Want to Add $20 Trillion to GDP? Empower Women, https://www.bloomberg.com/middleeast

On pourrait recevoir ce genre d’analyse avec scepticisme. Il y a néanmoins des indices qui permettent d’en vérifier la pertinence. En Afrique même, bien qu’aucune étude (à notre connaissance) n’établisse explicitement de causalité, on relève la santé exceptionnelle du Rwanda en termes d’investissement directs étrangers. Pour 2021, Ce Pays se situe à la 4e place africaine pour l’attractivité. Ce pays est le champion du monde pour la représentativité féminine au Parlement (plus de 61%, selon l’Union Interparlementaire). Cet exemple, malgré l’absence de documentation causale, est sans doute susceptible d’entrainer plus facilement une évolution dans la féminisation des organisations en Afrique. Il suffirait alors d’ajouter quelques exemples africains de féminisation d’entreprise à succès pour faire basculer les esprits. Est-ce un hasard si c’est la région des Grands lacs africains qui est mise à l’honneur ?

On rappellera alors les succès absolument extraordinaires de :

  • La regrettée Wangari Maathai qui a sorti des centaines de milliers de femmes kényanes de la pauvreté avec son initiative de coopératives et d’association pour planter des arbres. Cet extraordinaire succès économique et social fut salué par le prix Nobel de la Paix avec une présentation résumant joliment son action par le motto Think global, Act local. Ce motto dont l’origine est attribuée à un activiste du 19e-20e siècle, Patrick Geddes, fut mondialement repris après ensuite dans des dizaines de langues !
  • Dr Eleni Gabre-Madhin, qui a créé et dirigé la première bourse africaine des produits agricoles : Ethiopia Commodity Exchange. La mise en place de cette bourse a fait disparaître les famines endémiques de la Corne de l’Afrique. Cette organisation est désormais le centre d’étude d’économie agricole le plus important pour les hauts cadres africains. Son initiative a bouleversé la vie de la petite paysannerie des pays de la région, à travers la mise en place d’idées « féminines » paiement jour +1, accès aux données du marché gratuitement par téléphone portable ou radio, en temps réel. Cet accès s’est encore amélioré par des plateformes électroniques de suivi en temps réel installées dans des dizaines de zones rurales ! Durant les deux premières années, leur croissance annuelle a été supérieure à 300% avant de se stabiliser autour de 10%. Son succès stellaire a été salué par des milliers d’articles dans la presse du Monde entier et par un film à succès : The Market Maker!

Laisser un commentaire