VEILLE TRANSNATIONALE DE REVUES JURIDIQUES  ET FINANCIÈRES – Pourquoi les entreprises africaines sont-elles absentes sur le marché des emprunts obligataires ? Et focus sur le Maroc
6 février 2020
LA COPROPRIÉTÉ DU GRAND MARCHÉ DE NOUAKCHOTT
8 mai 2020

L’UNION AFRICAINE Vs L’AMERIQUE SUR LE COVID 19 –  UNE REVOLUTION

Par Faustin Ekollo, docteur en droit

 

Des polémiques internationales en cascade autour du Covid 19

Quelques jours seulement après l’immense polémique sur l’origine et la nature de l’aide en équipements anti-covid 19, aide humanitaire d’urgence fournie par le Russie aux Etats-Unis[1], le président Donald Trump a sérieusement pris à partie le rôle de l’OMS dans la gestion du Covid 19, dans une de ses conférences de presse quasi-quotidiennes sur cette pandémie appuyée ensuite par tweet.

Il est allé jusqu’à évoquer la possibilité d’une suspension ou d’une réduction de la contribution financière américaine. Selon le président américain, l’OMS s’était trompée (They called it wrong), y compris dans ses critiques contre la décision américaine de fermeture des frontières, et l’organisation aurait été « trop proche »  de la Chine. Le secrétaire d’Etat Mike Pompeo a ensuite relayé les déclarations du président américain, avec des menaces, en rappelant que l’Amérique reste le premier contributeur au budget de l’OMS.

Une réaction africaine inédite

Dès le lendemain, le président de la Commission de l’Union africaine, monsieur Moussa Faki Mahamat, exprimait son étonnement et répliquait en défendant l’OMS et de son dirigeant, le docteur Tedros Adhanom Ghebreyesus. Face à la pandémie de Covid 19, il indiquait qu’il fallait rester concentrés sur la coordination internationale et que les questions de responsabilité viendraient ultérieurement. Il faut reproduire ce tweet :

https://pbs.twimg.com/profile_images/859276348719861761/Y0CIkUvq_normal.jpg

Moussa Faki Mahamat

@AUC_MoussaFaki

Surprised to learn of a campaign by the US govt against @WHO’s global leadership. The @_AfricanUnion fully supports @WHO and @DrTedros. The focus should remain on collectively fighting #Covid19 as a united global community. The time for accountability will come.

Plusieurs dirigeants africains ont immédiatement appuyé Le communiqué de monsieur Moussa Faki Mahamat : le président Buhari du Nigeria, le président Kagamé du Rwanda, le président Ramaphosa d’Afrique du Sud, le président Hage Geingob de Namibi ou le premier ministre éthiopien Gedu Andergachew

Ces dirigeants africains ont tenu à saluer la coordination de l’OMS, laquelle permet de suivre en temps réel l’évolution de la pathologie Covid 19 dans le monde entier, avec des recommandations salutaires.

Thumbs up pour les dirigeants africains

Cette réaction africaine est remarquable ; elle n’est absolument pas le fait du hasard : avec ce Covid 19, les relations internationales connaissent un bouleversement pratiquement sans précédent en temps de paix[2].

On note d’abord que le ton des dirigeants africains n’est plus à l’exaltation ni à la grandiloquence. Cette fois-ci, il n’y avait aucune imprécation, aucune proclamation lyrique. Ce n’était même pas un simple réflexe de défense népotique d’un dirigeant africain de haut niveau, sachant que c’est un éthiopien, le docteur Tedros Adhanom Ghebreyesus qui est l’actuel directeur général de l’OMS.

On retiendra plutôt une expression de maturité sobre, sans provocation, de la part du chef de la commission de l’Union africaine et de ces dirigeants africains, dans cette période de calamité planétaire et de confusion générale.

Et pour de nombreux africains, ce message de responsabilité est proprement historique ; il marque peut-être un véritable tournant vers une indépendance effective d’un certain nombre de dirigeants africains, en matière internationale.

Il ne s’agissait pas de prendre position dans le jeu pour une hégémonie planétaire, entre l’Amérique et la Chine[3]. Il s’agissait de rappeler au turbulent président américain que le Monde fait face à des risques cataclysmiques qui impliquent de se serrer les coudes, au lieu de s’adonner à des jeux politiciens pour lesquels on aurait largement le temps ensuite[4].

Cette réaction africaine arrive à un moment où des déclarations de médecins européens sur l’éventualité d’utiliser le terrain africain pour expérimenter des thérapeutiques contre le Covid 19 ont provoqué un émoi considérable en Afrique.

Par le passé, quelques dirigeants africains avaient accepté des accords honteux d’expérimentations sur des segments de la population de leurs pays, concernant le HIV-VIH. Cette fois-ci, bien que le Continent africain ne soit pas spécifiquement concerné, la réaction du chef de la Commission de l’OUA implique, pour les africains, davantage de responsabilités en ce qui concerne leur propre devenir.

Peu de textes ou de discours historiques en Afrique portent une telle marque de responsabilité, de manière réaliste. Le discours de Nasser sur la nationalisation du canal de Suez, en 1956, était enflammé. Dommage ! Il était presque parfait, en termes d’appel à la responsabilité du peuple égyptien. Le discours de Nelson Mandela à Cuba, en 1991, pour remercier Fidel Castro et les Cubains de leur contribution à la fin de l’Apartheid était sans doute parfait ; mais il était trop marqué par une équation personnelle, comme aurait dit De Gaulle, pour pouvoir servir de marqueur aux populations africaines.

Et que dire des interventions incendiaires comme le Non de Sékou Touré en 1958, ou le discours naïf de Lumumba le jour de l’indépendance du Congo, discours dont ce pays paye encore le prix ? Fondamentalement, les interventions les plus marquantes de Kwame Nkrumah, d’Hamed Ben Bella ou de Thomas Sankara relevaient d’un certain enfantillage.

Indépendance et responsabilité ont un prix

En termes de paroles historiques de responsabilité, peut-être peut-on signaler quelques discours à l’occasion des indépendances africaines de 1960-61. C’est certainement le cas du discours sur la responsabilité des dirigeants et des citoyens du Tanganyika de Julius Nyerere, le 9 décembre 1961. On peut aussi peut-être retenir le discours d’Houphouët Boigny. Malgré les marques profondes d’affection adressées à la France et l’émotion fraternelle exprimée en citant avantageusement et posément les dirigeants du Conseil de l’Entente et leurs pays respectifs, le premier président ivoirien rappela de manière incisive que les ivoiriens devraient d’abord compter sur leur propre travail.

Au chapitre de la parole historiquement responsable, on réservera une place particulière à certaines interventions pédagogiques du président Bourguiba. Celui-ci, malgré ses convictions rigoureusement laïques, avait réussi à faire appel à des préceptes islamiques pour son projet de société : faire évoluer les mentalités par l’éducation. Bourguiba citait et récitait l’obligation coranique d’Ijtihad[5] et prônant un Jihad al Akbar[6] : la guerre contre les mauvais instincts et les mauvaises habitudes (parmi lesquelles le manque de courtoisie, l’agressivité, les comportements violents à l’égard des femmes).

Mais toute prise de responsabilité a un prix.

Alors qu’il présidait l’Union africaine, Paul Kagamé avait trouvé scandaleux que le coût du fonctionnement de l’institution panafricaine soit pris en charge par des partenaires non-africains, pour plus de 70%[7].

Il avait donc lancé une initiative pour que ce soit les citoyens africains qui prennent en charge le fonctionnement de leur institution phare de manière pérenne, en insistant sur la nécessité d’exclure ou, du moins, de moins de limiter la ressource étrangère[8], le but étant de parvenir à un état d’esprit acceptable : right mindset.

Avec le communiqué de Moussa Faki Mahamat, appuyé par certains dirigeants africains, on se trouve directement projeté dans un moment de right mindset. Mais, pour que ce moment ne soit pas accidentel et passager, il devient urgent de s’assurer de l’aboutissement du projet d’autofinancement des institutions africaines. C’est la moindre des choses pour des nations et des populations qui souhaitent désormais s’émanciper réellement, dans un monde qui change à vue d’œil[9].

________________________________________________________

  1. La Russie a fourni à l’Amérique une aide en respirateurs artificiels et tenues de protection à 50% de discount grâce à un financement par l’institution russe Russian Direct Investment Fund ; le problème est que cette institution est sous sanctions américaines pour ses investissements en Crimée ; or, en pleine crise de Covid 19, les Etats-Unis ne font aucune exception pour l’Iran et le Venezuela et ont même aggravé les sanctions ; manifestement, quand les morts risquent d’être américains, des règles différentes s’appliquent au point que le président Trump a personnellement remercié la Russie
  2. Dans la lutte contre le Covid 19, les américains trouvaient normal que les autorités US puissent fermer la frontière avec le Mexique, sans que cette décision ne puisse s’appliquer aux citoyens américains ; la décision des autorités mexicaine de fermer la frontière avec les Etats –Unis, ou du moins d’appliquer la fermeture aux citoyens US, a provoqué un choc d’incrédulité en Amérique !
  3. A la suite d’actes de discrimination massive envers les populations africaines à Guangzhou (Canton) en période de Covid 19, l’Union Africaine a vigoureusement protesté, conduisant les autorités chinoises à changer d’attitude très rapidement ; ce super mouvement de protection diplomatique panafricain doit être salué à sa juste valeur, compte tenu de l’inexistence traditionnelle d’actes de protection diplomatique par les diplomates nationaux africains, quel que soit le niveau de violation dont sont victimes leurs compatriotes
  4. A la vérité, le président Trump n’a pas beaucoup de temps ; les jeux politiciens qui le concernent sont proches puisqu’il s’agit de la présidentielle américaine de novembre 2020
  5. Effort intellectuel à partir du Coran, par l’exemple du Prophète, Sourate 4-105, An-Nisa
  6. Le Jihad al Akbar, « le plus grand des jihad » c’est effort sur soi, l’abnégation pour s’élever intellectuellement et moralement : ce thème a été expliqué et popularisé ensuite par plusieurs discours de l’Iman Khomeiny rassemblés dans un ouvrage posthume en 1991 portant le titre Jihad al-Akbar – The Greatest Jihad – Combat with the Self
  7. Financing the African Union –On Mindset and Money, Kesa Pharatlhatlhe & Jan Vanheukelom, Discussion paper n° 240, PEDRO, Feb. 2019, p.3, § 2.1, https://ecdpm.org/wp-content/uploads/DP240-Financing-the-African-Union-on-mindsets-and-money.pdf
  8. [The] right mindsets, rather than more funding (discours lors de l’African Leadership Forum, Kigali août 2018)
  9. Bien sûr, les commentaires qui comparent l’impact possible du Covid 19 avec la WWII ou avec des épisodes de la grande peste sont dans l’exagération : la grande peste avait fait disparaître entre 25 et 50 % de la population européenne, selon les régions, avec des bouleversements qui durèrent pendant des siècles, comme la perte de certaines connaissances et techniques ; la WWII avec ses 60 millions de morts, ses dizaines de millions de déplacées et ses destructions massives d’infrastructures a été un choc absolument sans comparaison possible dans l’histoire de l’humanité ; on pourrait néanmoins craindre, pour le Covid 19, des conséquences aussi graves que celles de l’éruption du Tambora, volcan indonésien, en 1815 ; on entendit les explosions à près de 1400 km ; 1815 et 1816 furent des années sans été, avec de mauvaises récoltes jusqu’en 1817 dans toute l’Europe ; il s’ensuivit plusieurs graves épisodes de famine en Irlande avec l’exode américain d’une importante partie de la population et, par la suite la sécession de l’Irlande d’avec le Royaume-Uni en 1821 ; les membres de la 7e Coalition firent preuve de mansuétude à l’égard de la France lors du second traité de Paris en novembre 2015, mettant fin aux guerres napoléoniennes, leur esprit étant occupé par les perturbations agricoles, sociales et économiques qu’entrainaient les bouleversements du climat liés à l’éruption du Tambora

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *